L'alpi ça peut défouler… et fouler...

L'alpi ça peut défouler… et fouler...

L'alpi ça peut défouler… et fouler...

L’alpi ça peut défouler… et fouler...

Description succincte par la victime de l’accident, qui était en pleine ascension pour rejoindre un refuge : «dernier sur une cordée de trois, en descendant d’une vire pour prendre pied sur le glacier, je n’ai pas lâché les anneaux de corde que j’avais dans la main droite alors qu’il fallait prendre une prise pour descendre en toute sécurité. C’est donc avec une main encombrée par la corde que j’ai voulu descendre. J’ai glissé sur 1,50 m environ, sur la paroi rocheuse. Mon corps était en rotation; en arrivant sur le glacier, mon pied droit a cramponné; avec l’inertie, renforcée par le poids du sac à dos, mon corps a continué sa rotation entraînant immédiatement une méchante foulure de la cheville droite.»

J’aurais du lâcher la corde, l’envoyer aux deux premiers, car ils étaient en sécurité sur le bord du glacier.

Je suis arrivé à marcher jusqu’au refuge où le gardien a fait appel aux secours. J’ai été héliporté par le PGHM sur l’hôpital de Briançon... foulure, port d’une attelle pendant 21 jours… »

A accident simple, recommandations simples...

«J’aurais pu éviter cette foulure si j’avais bien observé et analysé la situation: en lâchant la corde je n’aurais mis personne en danger, et moi-même j’aurais été plus libre de mes mouvements. En fait, il aurait fallu que je ne me précipite pas pour descendre la vire.»

 Comme la victime le note d’elle-même, il s’agit toujours de trouver l’équilibre entre prendre son temps pour assurer ses gestes-mouvements-actions et être efficace, ne pas traîner dans ce genre de course. En alpinisme, nous sommes toujours sur cette... ligne de crête: la sécurité et l'efficacité. D'ou la complexité de cette pratique qui demande de l'apprentissage et beaucoup d'expérience, au final.

Généralement, lors des descentes, l’ordre s’inverse: le premier de cordée passe en dernier; là, le fait qu’il s’agisse d’un passage facile, que cette descente soit très courte (elle survient pendant la montée au refuge), et que les 3 alpinistes étaient expérimentés, la cordée n’a pas pensé à cette inversion. Les participants ont peut-être trop banalisé ce passage ? Ceci montre bien qu’on relâche vite notre attention dès que cela semble facile.

CLUB ALPIN FRANCAIS HAUTE PROVENCE
CENTRE DESMICHELS
1 BD MARTIN BRET
04000  DIGNE LES BAINS
Contactez-nous
Tél. 04 92 31 07 07
Permanences :
04 92 31 07 07 vendredi 18h00 à 19h30
Agenda